Toi l’esthéticienne, es-tu libre?

SAM_1391

 

Lorsque j’ai décidé je « me mettre à mon compte » et d’ouvrir mon institut de beauté, le fait d’être « libre » ou de me sentir libre avait un je-ne-sais-quoi d’euphorisant…

Pas de compte à rendre, pas besoin d’attendre que l’on me dise ce que je devais faire, des horaires et des jours de repos fixes, le privilège de choisir par moi-même (pour de vrai !), m’organiser comme je l’ai décidé, dire les choses aux clients à ma façon, choisir mes clients, pouvoir choisir sa méthodologie de travail, bref être son propre patron quoi !

J’ai toujours eu cette idée que je serais chef d’entreprise, non pas que je ne supporte pas que l’on me dise ce que je dois faire et comment je dois le faire (pour tout t’avouer des fois j’en rêve ! me laisser guider, les doigts de pieds en éventails, si y a un problème il n’est pas pour moi… le Kiffe !). Mais c’est plutôt d’avoir un tas d’idées de comment les choses pourraient se faire et de ne pas pouvoir être dans l’action parce que lorsque tu es employée tu es rarement questionnée sur ce que tu penses de la stratégie de développement de l’institut de beauté dans lequel tu bosses.

Ce que je n’avais pas prévu et que tu dois penser si tu veux toi aussi un jour avoir ton entreprise:
– des comptes à rendre j’en ai tous les jours… OUINNNNN oui oui : le banquier, le comptable pour commencer, puis les clients (résultat oblige !), les employées (parce que tu leur dois des explications !), bref tu ne fais que ça quand tu es chef d’entreprise, ta journée se résume à rendre des comptes !
– Des choses à faire tu en as tellement que finalement tout ce que tu as prévu est remis au lendemain et ce toute la semaine, résultat : tu fais la mise en place de ta vitrine le dimanche matin pendant que chéri déjeune tranquillos avec les enfants dans le canapé !
-Concernant les horaires et les jours de repos, c’est fixe oui mais pas dans le sens où l’on pourrait le penser… Ils sont fixés tardivement (tu bosses plus tard que quand tu es employée) et de façon quasi quotidienne (tes moments off deviennent un mythe !). Pour ce qui est des jours de repos : si tu enlèves Noël, la Saint Valentin, la fête des mères des pères, les journées festives de ta région ou tu te dois d’ouvrir ton institut de beauté, les journées animations et portes ouvertes etc… Alors oui tes journées de repos sont fixes !
– Choisir par soi-même quel régal ! Puis le soir dans son lit… Argh ! je pense que je n’ai pas choisi le bon format pour la pub, en plus c’était hors de prix, je me suis certainement faites avoir ! Et ces coffrets cadeaux ! Pff le commercial m’a bien vu venir ! 25 vanitys pour l’achat de 5 produits, ma pauvre fille ! tu ne vas jamais y arriver !
-Pour s’organiser c’est top parce qu’en fait tu dois juste te caler sur ce que veulent tes clients, donc tu ouvres ton institut H24 et tout est ok ! c’est simple tu vois.
-Parler aux clients à ta façon…très rapidement tu apprends que tu dois surtout les écouter, si tu as des choses à dire tu peux toujours écrire un journal de bord…
-Choisir ses clients, le rêve ! Mais comment te dire… Lorsque tu as la dalle et rien dans ton porte-monnaie, tu prends surtout ce qui vient, et au début il ne vient pas forcément le meilleur, c’est la valse des clients pénibles, sales, qui ne payent pas, et qui t’insultent, te prenne de haut (et comme tu débutes tu t’excuses presque…) les p’tits bonheurs du débutant quoi !
-Ma méthodologie de travail depuis le temps que je la peaufine autant te dire que ça va dégainer sévère ! Surtout que l’on t’impose tout !
Bah si… toutes les marques t’imposent tout ! Comment tu dois exposer leurs produits, comment tu dois en parler, comment tu dois les appliquer, bref ta méthodologie tu la peaufines et tu la boucle !
-Ah être Patron le rêve quoi !
Bien entendu ce n’est plus le cas aujourd’hui mais je l’avoue j’ai connu tout ça même les clients sales ! Oui oui !
Si ce n’est plus le cas aujourd’hui c’est parce qu’a un moment j’ai fait des choix, j’ai viré les marques qui se croyaient chez elles chez moi (c’est Français ça ?), j’ai décidé que mon comptable et mon banquier devaient me rendre des comptes et non l’inverse, j’ai aussi décidé que je choisissais mes clients pour de vrai (j’en ai mis dehors crois-moi !), j’ai choisi comment je voulais travailler et découvert qu’on peut gagner sa vie en travaillant deux jours et demi par semaine ! Oui Madame je te fais une formation là-dessus tu verras c’est du pain bénit, j’ai toujours demandé à mes employées de choisir avec moi pour la pub et les commandes (parce qu’à partir de 2 y’a forcément deux fois plus d’idées et qu’elles sont toujours bonnes à entendre !), je ne travaille sur mon business que si j’en ai envie en dehors de mes heures dites normales de présence ! sinon je ne fais pas ! et pis c’est tout !

Depuis que j’ai compris tout ça et mis en place tout ce que je voulais VRAIMENT
devine quoi ?

Je suis une chef d’entreprise épanouie, alors oui je galère, oui c’est parfois difficile et j’ai parfois envie de devenir caissière chez Carrefour Market et de n’avoir à penser que ce que je pourrais préparer pour le diner de ce soir : Sauf que je le sais c’est en moi, je suis née pour ça, c’est mon Job, je suis une businesswoman ! une vraie avec toutes les idées qui fusent et tous les coups de blues les moments de doute qui vont avec, je suis une vraie fille de la vraie vie ! Pas un robot et c’est pour ça que j’y arrive tout comme toi !

Et toi au fait tu le vois ou le voyais comment le fait d’être une business Woman, raconte, partages si le cœur t’en dit !

 

 

10 Comments on Toi l’esthéticienne, es-tu libre?

  1. Audrey
    26 septembre 2016 at 10 h 42 min (10 mois ago)

    Comment je voyais mon métier de business woman ?
    Faire ce que je voulais, travailler les produits avec lesquels javais envie de travailler, avoir la satisfaction de dire je suis chef d’entreprise, travailler mon métier comme je le souhaitais !
    A l’heure d’aujourd’hui, oui il y a des hauts et des bas , de la fatigue, des baisses de moral, un salaire peu convenable, mais aussi des hausses de moral, des échanges humain ! Et surtout j’y prend beaucoup de plaisir !Effectivement je crois que c’est dans les veines, nous sommes faites pour ça !
    Ce que je ne soupçonner pas, c’est que ça aller m’apporter bien plus que ce que je pensais !
    J’évolue dans mon métier, j’apprends énormément chaque année, grâce à des collègues esthéticiennes, commerçantes, coiffeuse,… mais aussi grâce aux formations !
    J’évolue aussi personnellement, les clientes avec leur lots d’histoires joyeuses ou triste nous apporte parfois de l’énervement mais nous apporte bien autre choses, elles nous apprennent beaucoup sur la vie, nous écoutons de multiples histoire au cours de la journée et nous retenons des leçons de ce que nous entendons, ou sinon nous travaillons sur nous (apprendre à être patiente, …) ! J’évolue aussi personnellement grâce aux formations, collègues, amis, famille et surtout parce que je m’éclate dans mon job et que je souhaite évoluer !
    Même si parfois il y a un écart entre rêve et réalité, il faut se faire plaisir et se prendre par la main pour y arriver et si parfois on a un coup de mou, regarder autour de soi, et il y aura quelqu’un pour vous tendre la main, ou vous pousser à petit coup de pied aux fesses et hop on repars !
    Bonne journée !

    Répondre
    • Aurélie
      27 septembre 2016 at 15 h 18 min (10 mois ago)

      ah oui le coup de pied au fesses ! Il aide c’est vrai…Il y a écart parce que l’on idéalise et c’est « humain » le but c’est de réajuster le tir c’est tout!
      Merci Audrey pour le partage

      Répondre
  2. leila
    26 septembre 2016 at 12 h 47 min (10 mois ago)

    Bonjour Aurélie, et bonjour à vous chères confrères esthéticiennes ((-:
    Merci tout d’abord pour ce blog qui est vraiment top.
    Qu’est ce que je me retrouve dans ce que tu dis, J’ai même l’impression que toi bah…c’est moi !! ((-: toujours eu l’envie de me mettre à mon compte l’esprit d’entreprendre, de tout décider et même si en effet (pour le moment en tout cas) je suis encore dans la 1ere phase et bien je ne pourrai plus jamais oh grand jamais redevenir employée. Je viens tt juste d’embaucher (1er jour aujourd’hui d’ailleurs) donc j’espère pouvoir réussir à déléguer justement pour essayer d’avoir un peu moins la pression sur mes ptites épaules (même si « une bouche de plus à nourrir  » et bien ça fait flipper GRAAAAAVE. Mais bon vu mes ambitions de me développer faut bien hein! pas le choix! je garde sous les coude toutes tes idées, encore plus celle de faire participer dans les choix pub etc etc ) je pense que c’est vraiment une façon d’impliquer son personnel et de faire grandir mon bébé…plus toute seule… donc pour répondre à la question « suis-je libre? » je dirai non pas encore…mais j’y travaille…c’est le prix de liberté en somme ((-: bises

    Répondre
    • Aurélie
      27 septembre 2016 at 15 h 15 min (10 mois ago)

      Bravo Leila pour tes projets ! et Oui ça va le faire puisque tu es motivée, quand à la liberté il faut la prendre car personne ne te la donnera …

      Répondre
  3. Séverine
    26 septembre 2016 at 16 h 08 min (10 mois ago)

    Coucou Aurelie,
    Personnellement je ne sais pas si je suis une businesswoman, mais mon but serait de le devenir.
    J’ai encore beaucoup à apprendre sur la façon de « remballer » les fournisseurs, les comptables et autre, car pour le moment, n’ayant pas encore un an d’expérience en tant que chef d’entreprise, je me laisse faire…
    Mais mon truc, c’est le partage et l’échange! J’aime rencontrer du monde, des collègues commerçants et artisans, les aider à faire parler d’eux et qu’ils m’aident à faire parler de mon institut.
    Honnêtement, simplement, voilà ce que j’aime dans le fait d’être seule maître à bord. On peut laisser librement sa manière de travailler s’exprimer et s’éclater chaque jour!
    J’espère que cette belle aventure n’est pas prête de s’arrêter!
    Merci pour ces conseils avisés, ça fait du bien, on se sent moins seules!

    Répondre
    • Aurélie
      27 septembre 2016 at 15 h 13 min (10 mois ago)

      Oui bravo Séverine le réseau y a que ça de vrai !

      Répondre
  4. laurence
    30 septembre 2016 at 13 h 31 min (10 mois ago)

    Bonjour Aurélie.
    Effectivement on se reconnait merveilleusement bien dans le portrait d’Audrey! avec ses joies et ses galères …j’ai 30 ans de métier un métier qui me passionne toujours autant , j’ai la vie que j’ai voulu avoir en choisissant de faire mon institut chez moi , avec la liberté (que l’on croit avoir!) mais j’ai toujours dit que tout les problèmes que l’on rencontre c’est le prix de cette liberté!!et au bout du compte j’aime cette vie riche en émotions…j’ai eu mes années de gloires ,la crise à fait mal …mais je me rattrape aux branches ! j’avance car j’ai plein d’envies …des nouvelles ! car on évolue ,on vieillit aussi et je deviens encore plus exigeante car aujourd’hui je veux du performant ,je veux offrir a mes clientes ce que je veux recevoir et mes attentes ne sont plus celles que j’avais à mes 20 ans ;donc ça ce corse ! les méthodes sont plus chères !! la petite crème hydratante ne me contente plus ,et je veux du performant ,un autre combat…..LE BUT donc comme tu le dis si bien Aurélie est d’AJUSTER le tir !!!!! Ben je galère un peu pour être franche, je ne suis pas à la hauteur de mes ambitions ,financièrement je précise car on a beau dire et beau faire si l’argent ne suit pas ,tu n’avances pas !donc aujourd’hui suis frustrée .mais ça fait partie du jeux ,et quand je remonterai ,je me dirai « là tu en as bavé » mais tu y es arrivée !! bon j’ai hâte que ce jour arrive !

    Belle Aventure à toutes.

    Répondre
    • Aurélie
      6 octobre 2016 at 10 h 23 min (10 mois ago)

      Merci Laurence de ce beau partage !
      Tu le sais après la pluie vient le beau temps ! Tu y arrivera la volonté fait tout… L’exigence est une très belle preuve de maturité professionnelle, j’adhère parfaitement.

      Répondre
  5. naima
    26 mars 2017 at 17 h 33 min (4 mois ago)

    bonjour Aurélie
    je me retrouve dans tous ce que tu as dit, l’euphorie du démarrage,la joie d’avoir son propre institut, la liberté de n’avoir personne qui te commande……. et pourtant!!!!!!
    une belle aventure qui débute en attendant qui va rentrer, aller chercher la clientèle, la structure de la boite….quel challenge et quel galère en même temps et la je me dis que je suis bonne esthéticienne mais le reste!!!!!!banque,fournisseurs,comptable;;;;le jargon administrative a comprendre au fur et a mesure.
    mon expérience m’apprend chaque jour, l’écoute de mes clientes aussi m’apporte connaissance, maturité et la force de ne pas laisser tomber dans les moments les plus dure.
    j’ai compris aussi avec les formations j’évolue, j’apprend et j’apporte du nouveau.faut s’ouvrir et ne pas rester enfermer.
    l’aventure continue, l’espoir fait vivre, être présent dans ce qu’on fait et les rencontres positives améliorent le quotidien lourd.
    au plaisir de se rencontrer au congrès Aurélie.

    Répondre
    • Aurélie
      29 mars 2017 at 13 h 57 min (4 mois ago)

      Naïma tu le dis très bien, quelle aventure!
      chef d’entreprise c’est un vrai job !
      Courage rine d’impossible pour qui veux vraiment…

      Répondre

Leave a Reply